Le Harcèlement

Le Harcèlement

Le harcèlement dont le harcèlement scolaire est un sujet très actuel. Tout d’abord, même si des actions sont menées, le harcèlement ne se situe pas uniquement au lycée même si 1 élève sur 10 est touché et cela commence dès l’école primaire. Le harcèlement se situe aussi sur les réseaux sociaux ou dans la rue puisque dans le monde 1 personne sur 3 se fait harceler. Cela peut aller de la simple insulte à des menaces physiques ou morales qui peuvent conduire à de l’auto mutilation ou même au suicide. 

Si tu es victime de harcèlement ou que tu en es témoin, que tu es sois un professeur ou un proche d’une personne harcelée il existe un numéro d’écoute national qui est aussi là pour conseiller sur les démarches qu’on pourrait réaliser.

 

N° VERT « NON AU HARCÈLEMENT» : 3020

Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 20h et le samedi de 9h à 18h (sauf les jours fériés)

Si le harcèlement a lieu sur internet, appelez le :

N° VERT « NET ÉCOUTE » : 0800 200 000

Gratuit, anonyme, confidentiel et ouvert du lundi au vendredi de 9h à 19h

 

On est tous acteurs qu’on soit les harceleurs, les victimes ou même encore simple témoin. On peut donc tous agir contre cela.

Cette année le lycée a mis en place des ambassadeurs contre le harcèlement. Cette équipe est constituée aussi bien d’élèves, de professeurs, de surveillants que de membres de la direction. Ensemble, ils s’engagent à mener des actions qui auront pour but de réduire le harcèlement dans notre lycée. Cela est une avancée majeure dans la lutte contre le harcèlement. 

Mallory Moreau qui est en terminale cette année, fait parti de cette équipe, elle va pouvoir nous en dire plus sur les ambassadeurs contre le harcèlement :

Mallory, pourquoi as-tu décidé d’intégrer les ambassadeurs ? Que cela représente t-il pour toi ? 

C’était une suite logique par rapport aux événements desquels j’ai été témoin et actrice au collège. C’est un moyen efficace de faire ma part, de contribuer à améliorer le quotidien des victimes, leur apporter un soutien et une visibilité, comme pour leur dire : “vous n’êtes pas seuls”. C’est une cause qui me touche personnellement et ça sonnait comme un devoir pour moi.

Qu’est-ce que tu espérais pouvoir changer lorsque tu as décidé de t’engager dans cette lutte ? 

L’idée première, que je trouve la plus censée, ce n’est pas de sauver les victimes. Mais d’agir pour que tout le monde soit en mesure de comprendre la gravité des choses. Mon but est d’aider tout le monde, les victimes aussi bien que les harceleurs et de faire en sorte que dans ce schéma, les témoins soient en mesure d’agir plutôt que de regarder passivement. On ne peut pas changer les choses du jour au lendemain, ça demande du temps, et sans intervention direct, on peut essayer de changer les choses à la base : on peut faire voir, expliquer, changer la vision des choses.

Vous vous réunissez régulièrement entre ambassadeurs, de quoi parliez-vous ? 

Nous sommes réunis à plusieurs occasions, d’abord lors de notre “stage” pour mieux comprendre et apprendre ce qu’est le harcèlement et les différents profils. Puis d’autres réunions pour discuter quoi mettre en place au sein de l’établissement et de quelle manière. On a défini ensemble le rôle d’un ambassadeur, le rôle d’adulte référent et nos actions.

Qu’avez-vous mis en place ou qu’est-ce que vous aimeriez mettre en place pour les prochaines années pour la lutte contre le harcèlement ?

A courte échéance, une sensibilisation par le biais d’interventions en classes, des débats avec les élèves. La méthode est encore en cours de discussion. Puis sur le long terme, mettre en place le système complet tout simplement, transmettre le “savoir” et le “devoir” d’années en années et contribuer à de vraies actions pour des résultats positifs.

Aurais-tu des conseils à donner si l’on souhaite aider quelqu’un, par exemple un ami qui est victime de harcèlement ? Ou une personne qu’on voit isolé au lycée ?

Si vous voyez une personne isolée à plusieurs reprises, par exemple au self, en petit groupe allez vous asseoir avec elle. Ne lui demandez pas l’autorisation ou ne lui demandez pas si l’élève veut se joindre à vous, il refuserait ou se refermerait sur lui. Essayez de l’intégrer à vos conversations, si la personne ne veut pas parler alors faites lui simplement comprendre qu’elle n’est pas seule. Le même schéma peut être appliqué à quelqu’un dans la cour ou à vos amis.

En fait, il ne faut pas les laisser s’isoler, ne les forcez pas à parler de ce qui ne va pas, changer de sujet et s’il refuse de parler alors restez simplement à leurs côtés. L’idée c’est d’être une présence car l’isolation est une conséquence cruciale du harcèlement et c’est souvent celle qui mène au pire.

Nous serons ravis de répondre à vos questions, n’hésitez pas à nous contacter à cette adresse : presse@smpmedias.fr

ou via nos comptes INSTAGRAM à suivre de toute urgence :

  • @smp_presse
  • @smp_tv
  • @smp_radio
  • @smpmedias